Je me souviens comme si c'était hier le jour ou mon acouphène est apparu. Pour moi ça a été une épreuve terrible, il suffit de relire mes messages pour s'en rendre compte. Les statistiques nous importent peu car même s'il n'y avait que 1 personne sur 1 milliard ca ne changerai rien à notre problème car nous devons dans tous les cas apprendre à apprivoiser cet acouphène.

mais voici les chiffres aujoud'ui : En général, on estime que de 10 % à 18 % de la population souffre d’acouphènes. La proportion est de 30 % chez les adultes. De 1 % à 2 % de la population est gravement touchée.

Je fais partie des 1 à 2 % et j'étais persuadé de ne pas tenir plus de trois mois avant de me pendre. Et depuis août 2009 il est passé beaucoup de jours, de semaines et de mois et d'années et je suis toujours la. Mieux encore, non seulement je suis toujours la mais aujourd'hui je vis très bien avec mon acouphène.

Avec le recul je peux dire que savoir que nous ne sommes pas seuls aide quand même dans le sens où nous pouvons apprendre ce qui est arrivé aux autres, comment ils ont tenté d'anéantir leur acouphène et puis finalement comment ils l'int apprivoisés.

Je me souviens de mes lectures nocturnes à mes débuts et franchement j'en avais rien à faire de savoir comment je serais dans un an et encore moins dans 5 ans, c'était tout de suite IMMEDIATEMENT que je voulais être débarassé de cette saleté qui transformait ma vie en calvaire.

Je ne vais pas reprendre tout le déroulé de mon blog, ce serait inutile, mais je tenais à témoigner aujourd'hui de mes conditions de vie. 

Je me suis apperçu que si j'avais le malheur de l'écouter (cette saloperie d'acouphène) il me semblait encore plus fort. Rien que le fait d'en parler le renforçait, pire rien que le fait d'y penser suffisait a le déchainer.

Mais aujourd'hui qu'en est-il ?

Mon acouphène "mesuré" est aussi fort qu'en 2009. La mesure de la force de l'acouphène est assez aléatoire. Rien n'est plus "subjectif" que la mesure de ce qui concerne l'audition. J'en veux pour preuve qu'on devient sourd peu a peu et c'est si lent qu'on ne s'en rend pas compte sauf le jour ou la perte est très importante. (mais je conseille aux acouphèniques d'éviter d'abimer leur appareil auditif car plus nous sommes sourds et plus l'acouphène est présent).

J'ai appliqué les principes de ma "solution" telle que je vous l'ai décrite le 10 mai 2010 et petit a petit mon acouphène m'a semblé moins présent, moins génant pour passer quasi inappercu en journée. Bien sur si je commettais l'erreur de l'ecouter ou de le chercher il était toujours bien présent. Mon acouphène passait au "second plan" et mon attention apprenait a se concentrer automatiquement sur autre chose que lui.

Le soir c'était plus délicat et j'ai longtemps eu recours a mon "bruit" de la mer (certains préfèrent la pluie ou l'orage) puis peu a peu je suis passé à de la musique de relaxation, de la musique de méditation. Comme j'avais eu la bonne idée de prendre plusieurs séances de SOPHROLOGIE j'avais appris a decontracter mon corps muscle par muscle en commençant par les orteils et en finissant par le dessus de mon crâne. Et lorsque je me suis rendu compte que même si je cormais très peu voir pas du tout certaines nuits, cette "méditation" sophrologique permettait a mon corps et mon esprit (qui doit rester totalement vide de pensées en méditation) de se reposer. En pratiquant ces "méditations" je me suis appercu que ne pas dormir n'était plus un aussi problématique. Et paradoxalement lorsque je ne me cherchais plus le sommeil c'est lui qui me trouvait et je dormais.

Je dirais que depuis fin 2014 à début 2015 je peux me passer totalement de musique ou de "bruit" la nuit. Certe quand je me couche j'écoute un peu de musique de relaxation, le temps de me détendre un peu puis j'éteint tout car maintenant le sommeil me tombe dessus très vite (en moins de 30 minutes, parfois en 10 minutes).

Je tenais a approter ce témoignage qui me semble capital : au fil du temps mon esprit a "zappé" peu a peu l'acouphène qui est devenu le bruit de fond que l'esprit n'entend quasi plus voir plus du tout en journée. C'est un peu comme les gens qui habitent a proximité de la voie ferrée: quand vous leur rendez visite vous ne dormez pas et eux vous disent en riant qu'ils n'entendent plus les trains et dorment sans problème. Tout est question de temps dans la vie et l'acouphène est précisément un de ces cas.

NON votre acouphène ne dispraitra probablement pas, si vous l'avez depuis plus de 6 à 9 mois. Non il ne disparaitra pas sauf s'il est du a une cause clairement identifiée qui est opérable, mais toutes les opérations n'apportent pas la solution.

Ca peut paraitre dur mais croyez moi, je pensais devenir fou, je songeais au suicide plus d'une fois au début et aujourd'hui je ne ments pas en disant que je vis parfaitement avec mon acouphène. Je ne peux rien dire de plus, je ne suis pas chirurgien, je ne suis pas médecin, je ne suis pas charlatan et la majorité des acouphèniques gardent leur acouphène toute leur vie. Je ne suis pas le seul couphénique, même si nous sont tous uniques, et vous n'êtes pas le ou la seule acouphénique. 

Mais je peux affirmer, et c'est la bonne nouvelle pour moi et pour ceux qui lisent ces lignes, qu'aujourd'hui je vis avec mon acouphène sans difficulté. J'ai retrouvé toute ma joie de vivre et je vois les choses différemment, car cette épreuve m'a permis de comprendre l'essentiel de la vie. Je découvre chaque jour un peu plus à quel point mon épouse, mes enfants, mes amis, et la nature qui nous entoure sont beaux à découvrir. Aujourd'hui je sais que le bonheur existe au détour de chaque rencontre, de chaque découverte, de chaque échange, de chaque partage. Je suis heureux et je peux donc renvoyer ce bonheur à mon tour pour rendre heureux les gens qui m'aiment.